00:00:03

Caroline LGW: Alors bienvenue dans les WILD Interviews. Donc je suis Caroline Verdier pour Leaders go WILD, le podcast qui te parle d’intuition et de business aussi, à l’occasion. Aujourd’hui, nous recevons Tévy Khon pour parler du business des zizis, le concept de sa création. Bonjour Tévy, est-ce que tu peux te présenter en quelques mots.

00:00:26

Tévy Khon: Oui bonjour. Alors oui effectivement, je m’appelle Tévy Khon. Je suis coach en développement personnel et je parle en ce moment beaucoup de sentiment de sécurité, souvent et surtout et même exclusivement, du sentiment de sécurité des femmes dans la société, qui est souvent inexistant. Parce que… pour plein de raisons, plein plein de raisons différentes.

00:00:51

Tévy Khon: Et du coup, je parle beaucoup aussi du business des zizis. Et de ce que c’est l’énergie masculine et l’énergie féminine dans le business, et aussi dans la vie de tous les jours. Et mon ikigai, mon but dans la vie, c’est non seulement de rétablir le sentiment de sécurité chez les femmes mais aussi de leur montrer que s’il y a un sentiment d’insécurité, c’est aussi parce qu’il y a beaucoup moins d’énergie féminine que d’énergie masculine dans leur vie. Et ça, c’est hyper important. Voilà.

00:01:23

Caroline LGW: Merci. Donc pour commencer, Tévy, c’est quoi le business des zizis. Il faut que tu nous expliques le concept.

00:01:30

Tévy Khon: Le concept, alors. Dans le business et dans la manière de gagner l’argent, de manière générale, il y a, en ce moment, je dirais, 90% d’hommes qui sont installés pour coacher les gens en business, que ce soient les hommes et les femmes. C’est toujours ou c’est presque toujours des hommes qui les coachent et donc, il y a énormément d’énergie masculine là-dedans.

00:01:52

Tévy Khon: Ce qui différencie l’énergie masculine de l’énergie féminine, c’est que l’énergie masculine, c’est beaucoup de process. C’est comment est-ce qu’on fait pour créer une page de vente. C’est quoi un tunnel de vente. C’est quoi le R.O.I. C’est quoi… Enfin voilà, il y a plein de choses comme ça, plein de trucs très process, très procédurier. L’énergie féminine, c’est plus le fun, la créativité. Comment est-ce qu’on fait pour être connecté à soi, être aligné. Avoir un message qui touche les gens, être dans l’émotion, et ce genre de choses.

00:02:24

Tévy Khon: Et le problème du business des zizis, c’est que… ils arrivent avec leur grosse énergie masculine, avec un gros zizi comme ça et ils viennent nous expliquer à nous, les femmes, comment est-ce qu’on fait pour gagner de l’argent alors que l’abondance, elle est plus du côté féminin que du côté masculin. L’abondance, c’est la terre. C’est l’énergie féminine par excellence. Donc essayer d’expliquer l’argent avec des process extrêmement masculins, c’est presque antinomique.

00:02:53

Tévy Khon: Le problème aujourd’hui c’est que 90% des gens qui expliquent l’argent dans le business sont des hommes. Du coup, nous, on arrive en tant que femme et on arrive avec toute notre créativité, on arrive avec toutes nos idées. « Oui moi je vais aider les gens à aller mieux et les aider à exprimer leurs émotions et à surmonter leurs peurs. Je vais les aider, peut-être même s’épanouir dans leur business »… Ce genre de choses. Et puis, on arrive avec ces idées là et on se retrouve à se faire coacher par des mecs qui vont nous dire: « Alors si tu veux réussir à faire ça il va falloir faire une page de vente. » Et tu n’as plus, il n’y a plus de lien. On est en train de se noyer là dedans. Et c’est hyper dur.

00:03:34

Tévy Khon: Et le pire dans tout ça, c’est que quand tu n’arrives pas à faire ta page de vente parce que tu trouves aucune joie, aucune créativité, qu’il y a aucune énergie féminine là-dedans, le monsieur avec son gros zizi, il va venir te dire c’est parce qu’il n’y a pas assez de zizis dans ton business que tu n’y arrives pas. Alors que c’est faux. Tu n’as pas d’argent, tu n’as pas d’abondance car tu n’as pas réussi à faire ta page de vente. Et c’est faux. C’est faux parce que quand tu arrives à mettre du fun dans ta vie, quand tu arrives à mettre de la créativité, quand tu arrives à mettre plein d’énergie féminine, et bah ta page de vente tu la fais en deux secondes. Ce n’est pas le process le problème. Souvent, c’est la créativité et c’est ça qu’il faut remettre au sein du business.

00:04:12

Tévy Khon: Ce n’est pas le zizi, c’est la chatte, messieurs dames.

00:04:19

Caroline LGW: Concrètement les limites d’un business de zizis comme ça, avec l’énergie masculine, est-ce que ça touche que les femmes, principalement les femmes? Et concrètement, c’est quoi les limites dans l’application dans le business selon toi?

00:04:36

Tévy Khon: Alors ça ne touche pas que les femmes, ça touche plein d’hommes. Justement, parce que si tu rajoutes de l’énergie masculine sur la masculinité, eh ben ça ne fonctionne pas non plus. C’est ça qui est incroyable. C’est que t’arrives avec ton idée de « putain c’est le process c’est ça qui va m’aider ». Et t’appliques le process à la lettre et ça fonctionne toujours pas.

00:04:56

Tévy Khon: Du coup, qu’est-ce qu’on fait dans ces moments là? On retrouve justement le fun, la créativité. Le « Qu’est-ce que je voulais faire au départ? Qu’est-ce qui me provoque des émotions? Comment est-ce que je communique avec les gens. » Et du coup, c’est ça. C’est ça la limite du process, du business des zizis. C’est ça la grosse limite, c’est que tu peux appliquer le process tant que tu veux, tant que tu ne mets pas de fun dedans, ça ne fonctionnera pas. Et c’est terrible. C’est terrible parce que, en fait, c’est presque une prophétie auto-réalisatrice. C’est-à-dire que t’arrives et on te dit « la solution c’est le process » et t’appliques le process et t’as pas de résultat. Et du coup, on te dit « mais c’est parce que tu as mal appliqué le process ». Et c’est faux.

00:05:43

Tévy Khon: Parfois, tu appliques très bien le process mais tu n’as que la moitié des résultats parce que tu n’as que la moitié de l’énergie. Y’a pas l’énergie féminine derrière. Il faut vraiment réussir à se dire que parfois, dans l’énergie masculine, il y a énormément de fun à mettre en place des process. Il y a plein de gens qui sont comme ça. Il y a plein de gens qui ont besoin de ça pour prendre du fun. Il y a plein de gens que ça fait chier. Il y a plein de gens qui adore faire leur compta et il y en a plein d’autres que ça fait chier. Il y a 90% des gens que ça fait chier, d’ailleurs. Donc, au lieu de mettre en place des process comme en compta, dans le business… Puisque de toute façon, ça finira par tout faire exploser, c’est nul… Autant mettre en place quelque chose qui sera, sur le long terme, beaucoup plus fun et qui justement va durer beaucoup plus. Parce que justement, ça va être fun. J’utilise souvent cette image du sport. Il y a plein de gens qui utilisent la méthode Tabata. C’est 4 minutes d’entraînement par jour. 4 minutes c’est rien. Tout le monde se dit, les gens, ils vont s’entraîner 4 minutes et ça va être trop bien parce que tu ne peux pas échouer en 4 minutes. Et malheureusement, il y a plein de gens qui échouent parce qu’ils arrêtent, parce que c’est chiant. 4 minutes, c’est très très chiant. Il y a plein de gens qui font des workout de 4 minutes, c’est chiant. Et à partir du moment où tu dis même 4 minutes, c’est chiant, un process même sur 3 mois, il sera chiant aussi. Donc à partir du moment où c’est trop chiant, c’est voué à l’échec et c’est fini pour toi. C’est là où est le point de rupture de l’énergie des gros zizis et il faut arrêter ça, s’il vous plait.

00:07:34

Caroline LGW: Et toi ton expérience par rapport à ça, qu’est ce qu’elle a été et comment est ce que toi t’es arrivée à ta propre solution?

00:07:40

Tévy Khon: Alors moi j’ai mis en place… En fait, déjà, j’avais beaucoup de réticences au tout début de mon business à vouloir me faire coacher parce que j’ai du mal à demander de l’aide, j’ai eu du mal à me dire qu’il fallait passer par là aussi pour aller dans les paliers au-dessus et ce genre de choses. Et en plus, quand j’ai commencé à me faire coacher, j’ai eu plein de réticences, comme beaucoup l’ont, parce que je suis coach en développement personnel. Au début, j’utilisais l’hypnose à des fins thérapeutiques pures, je n’avais que des gens qui étaient dans des états dépressifs avancés, je n’avais que des gens qui étaient très anxieux, je n’avais que des gens qui étaient haut potentiel et qui avaient besoin de mes conseils en tant que… vraiment en tant que thérapeute. Et du coup, me dire…

00:08:35

Tévy Khon: Le process qu’on m’a donné, moi au départ, le process c’est « tu vas écrire une newsletter et tu vas appuyer sur leur douleur et tu vas aller chercher leurs plaies et tu vas mettre du sel dessus et c’est ça qui va faire vendre. »

00:08:51

Tévy Khon: Toi, tu arrives avec ton énergie de « je veux aider de tout mon être et de toute mon âme, je veux être dans la bienveillance la plus totale » et on te dit « Pour ça, il faut leur dire le bateau est en train de couler et c’est toi qui vends les gilets de sauvetage. » Et c’est terrible. C’est terrible d’arriver à cette réalisation-là et d’arriver à trouver ton équilibre là-dedans. Alors aujourd’hui, effectivement je le fais. Dans toutes mes newsletters, j’appuie sur la douleur. Effectivement, mais j’ai changé complètement de perspective par rapport à ça. C’est-à-dire que je montre la douleur surtout pour montrer la solution après mais pas seulement parce que la douleur, ça fait vendre. C’est terrible, c’est terrible d’avoir cette approche-là. C’est incroyable.

00:09:31

Tévy Khon: Bon bref, je me suis fait tout coachée comme ça pendant pendant un an par deux hommes que j’adore. Jérémy, Florian, je vous aime de tout mon coeur, y’a aucun problème franchement. C’est de très bons amis à moi. Mais le coaching est arrivé à une limite qui était presque grave… qui est grave d’ailleurs parce que plus on avance dans le coaching et dans le développement personnel, plus les problèmes qu’on tacle, sont profonds, et sont noirs, et sont terribles. Au bout d’un moment Jérémy m’a dit « si t’as un blocage avec l’argent c’est forcément parce qu’il y a une énergie en toi, qui est l’énergie du sexe, l’énergie de l’amour, qui est bloquée. » Et en arriver là et lui dire mais comment est-ce qu’on fait ? Et qu’il te donne des solutions qui ne fonctionnent pas avec toi parce que tu peux pas mettre de process dans le sexe, ça ne fonctionne pas. En fait, c’est impossible. C’est là qu’il y a eu un espèce de point de rupture où je me suis dit il ne pourra jamais m’aider là dessus. Et ça a été terrible de me dire ça parce que d’une part, je me suis rendue compte en tant que féministe qui a grave envie que les hommes et les femmes soient sur un pied d’égalité, ça veut pas dire que j’ai envie que les femmes soient égales, je veux que les deux soient égaux.

00:10:46

Tévy Khon: C’est incroyable. J’ai réalisé à quel point on était vraiment pas égaux, carrément intrinsèquement, carrément corporellement. C’est impossible d’être sur un pied d’égalité là-dessus. Et c’est là que je suis tombé sur plusieurs lives de Lyvia Cairo, qui m’a, à moi et plein d’autres gens évidemment, expliqué l’énergie sexuelle. Pourquoi on se sent en insécurité constante quand on est une femme dans cette société et aussi, par rapport à l’argent. Et voilà, je crois que j’ai répondu à la question.

00:11:28

Caroline LGW: Comme on est sur le podcast, on parle d’intuition. Est-ce que quelque part, dans toute ton expérience, tu as eu l’intuition ou t’as eu des intuitions qu’il y avait justement quelque chose que tu n’as pas écouté ou est-ce que c’est au moment où tu as écouté ton intuition que tu as fait ce changement. Quel est le rapport avec ton intuition dans toute ton expérience ?

00:11:51

Tévy Khon: Il y a eu beaucoup de fois où il y a eu une énorme dualité entre… Je crois qu’il y a trois ou quatre parties dans soi, si on commence à parler vraiment hippie énergie et ce genre de choses. Il y a quatre parties en soi. Donc il y a vraiment l’intellect, il y a les émotions, il y a l’âme et puis il y a Dieu. Ca, c’est terrible, quand tu dis ça aux gens. « Il y a Dieu en toi. » Les gens, ils pètent un câble. Là, si t’es énergie masculine et que tu m’écoutes, va-t’en, je t’en supplie, va-t’en. Parce que là, tu vas être perdu. En moi, il y avait vraiment donc une énorme dualité entre l’intellect qui me disait « Tu vas appliquer le process et ça va se passer super bien et tout va bien aller » et les émotions qui me disait  » Oh putain j’ai trop peur » et mon âme qui me disait « Moi je sais que tout va bien se passer ». À l’intérieur de moi, il y a vraiment cette vieille guérisseuse polynésienne qui parle et qui dit « Moi je sais où on va aller tous. » C’est terrible de se dire ça. Voilà, je parle vraiment en langage hippie, c’est incroyable. Et donc, il y a toujours eu cette dualité en moi. Je ne crois pas avoir pleinement suivi mon intuition à 100% à un moment parce qu’il y a toujours eu mon intellect qui me rattrapait en me disant et si, et si… Scénario catastrophe… Et si ça se passe mal, et si tu arrives pas à payer, et si les gens… Au tout début, j’avais un cabinet d’hypnose. Et si les gens viennent chez toi et ils t’agressent, ça se passe comment? Et si tu lances ton programme mais y’a personne, y’a personne qui achète, ça se passe comment ? et tu fais un live et y’a 0 personne qui regarde, qu’est-ce qui se passe ? Et il se passe rien en fait. Je vous le dis directement, il n’y a rien qui va se passer.

00:13:40

Tévy Khon: Ca a été vraiment difficile aujourd’hui d’en arriver au point où je me dis « je vais arrêter les process ». C’est vraiment terrible. Je vais arrêter les process et je vais commencer à écouter ce qui se passe à l’intérieur. Quel est mon message et comment est ce que je vais faire pour pouvoir le transmettre aux autres. Et c’est dingue parce que t’as beau essayer très fort de suivre ton intuition. Il y a toujours un moment où l’intellect te rattrape. Donc pour moi, c’est vraiment un combat de tous les jours de faire taire mon intellect et de penser un peu plus en termes d’émotions, en terme d’âme, en terme de Dieu.

00:14:24

Caroline LGW: Quand on regarde les chiffres de l’entrepreneuriat j’ai regardé les chiffres en France et t’en parlait juste au début sur le nombre de coachs, en tout cas dans le business, je crois que c’est que 30% de femmes et 70% d’hommes, quelque chose comme ça. Est-ce que le business des zizis, ce ne serait pas la seule manière de réussir?

00:14:48

Tévy Khon: A mon avis non. Parce que, c’est un peu paradoxal ce que je vais dire, parce qu’effectivement il y a 70% d’hommes mais ceux qui réussissent vraiment… Genre de dingue! David Laroche! Quand il est sur scène, il ne te parle pas de comment est-ce qu’on fait une page de vente. Jamais, jamais tu ne l’entendras dire « Ouais demain, écris une newsletter par jour. » Jamais, il fera ça, je pense, ça n’arrivera jamais. Il te parle de la première vidéo qu’il a posté et le commentaire c’était « tu devrais aller te pendre ». Je sais plus… Il a eu une menace de mort sur une de ses premières vidéos. C’est terrible, tu vois. Il te parle de quand il était jeune et qu’il était impuissant, qu’il avait des problèmes d’érection. Il parle du jour où sa mère, elle est venue toquer à sa porte pour lui dire « il faut que je vienne vivre chez toi ce soir, dormir chez toi ce soir » et qu’il répond « Ben non, en fait, non maman, je ne ferais pas ça » pour l’aider à transformer sa vie.

00:15:49

Tévy Khon: Et tout ça, tout ça c’est de l’énergie féminine, en fait. Tout ça, c’est des émotions. C’est pas le process « Pour y arriver dans la vie, c’est de claquer la porte à ta mère à une heure du matin si elle vient te parler. » C’est pas ça le process. Il te parle vraiment en termes d’émotions. Il y a que comme ça que ça marche. Il a réussi, lui en étant hyper successful là où il est, à faire l’équilibre entre je vais faire tant par an, je vais interviewer tant de personnes, je vais faire tant de vidéos, je vais faire ceci ou je vais faire cela et je vais le faire en me respectant moi, en respectant mes émotions et en respectant tous les jours un petit peu de kif et en faisant toujours un petit peu un truc qui met du fun dans ma vie.

00:16:36

Tévy Khon: Donc, ça marche le business des zizis. Effectivement, ça marche parce qu’ils sont 70%. Mais c’est aussi parce que nous, en tant que femme on n’a pas aussi fait assez de place à cette énergie féminine parce qu’on pense que les écouter eux et faire comme eux, eh bien c’est ça qui marche alors que pas du tout.

00:16:55

Caroline LGW: Merci. Maintenant, je vais passer aux questions WILD. J’ai un jeu de cartes dans les mains. Si je pouvais répondre à une question, à la question tu veux en tirant une carte, ce serait quoi.

00:17:13

Tévy Khon: ça peut être n’importe quelle question?

00:17:16

Caroline LGW: Oui

00:17:17

Tévy Khon: Génial.

00:17:27

Tévy Khon: Ce qui me vient là, c’est une question zizi, tiens. C’est est-ce que je vais doubler mon chiffre d’affaires par rapport à celui de l’année dernière, cette année. Hey question zizi, hein! Attention!

00:17:40

Caroline LGW: Tu veux la réponse?

00:17:47

Tévy Khon: Oui

00:17:48

Caroline LGW: Je sais pas si tu vas la voir

00:17:51

Tévy Khon: La poussée vers le haut. C’est incroyable!

00:17:59

Caroline LGW: Donc la réponse est la poussée vers le haut, évolution constante, gain de confiance, acceptation de défi, promotion, reconnaissance.

00:18:09

Tévy Khon: Voilà. Je le savais, tu vois.

00:18:12

Caroline LGW: Comme quoi on peut répondre aux questions Zizi avec…[un oracle]

00:18:21

Tévy Khon: Des champignons. Si vous avez des champignons sur votre zizi, allez voir un médecin. J’ai trois ans. Je vois un champignon je rigole, c’est incroyable.

00:18:33

Caroline LGW: On continue. Pour ou contre le patriarcat?

00:18:39

Tévy Khon: Ben contre! Mais même les hommes sont contre le patriarcat. Évidemment contre, parce que c’est ça qui entretient le sentiment d’insécurité des femmes dans la société. C’est ça qui qui entretient les inégalités entre les hommes et les femmes, c’est ça qui… Non, c’est nul le patriarcat. Il faut arrêter. On arrête ça maintenant et on fait autre chose. Voilà, les zizis c’est fini.

00:19:09

Caroline LGW: La question « Tu préfères » que je tire au hasard. Je la découvre aussi. Tu préfères être immortelle mais toute seule ou mourir dans un an entourée par ceux que tu aimes?

00:19:28

Tévy Khon: Immortelle mais toute seule. Je ferai tellement de choses. Bon, vous saurez pas. Mais je ferai plein de trucs

00:19:40

Caroline LGW: Raconte-moi la dernière fois où tu t’es sentie Wild.

00:19:45

Tévy Khon: La dernière fois je me suis senti Wild. C’était il n’y a pas très longtemps. J’allais dire en début d’année mais on est en début d’année. La première semaine de cette année, de cette année 2020, je suis allé deux fois à la plage. C’est incroyable à quel point je trouve que dans la nature, dans cette nature là, dans la plage, face à la mer, il y a la vérité et dans… parce que la mer elle ne ment pas, tu vois. Il n’y a pas… il n’y a rien qui est faux dans le bleu l’eau, dans le crissement du sable sous les pieds, dans les petites bulles de l’écume qui éclatent, tu vois. Quand les vagues arrivent sur la plage. Et le fait de me balader pieds nus sur la plage et de m’arrêter un instant et de regarder l’infini de la mer devant moi, ça m’a mis une claque de transparence et de vérité dans la gueule. Et je me suis dit putain, c’est ça que j’ai envie de vivre tous les jours. Et si je peux me mettre un peu de mer dans mon cœur, ça serait génial.

00:20:55

Caroline LGW: Merci Tévy

00:20:55

Tévy Khon: Mais je t’en prie.